Le sytème respiratoire

Le système respiratoire est celui qui nous permet de respirer comme son nom l’indique. Grâce à lui, nous pouvons notamment assimiler l’énergie de l’air. Il est cependant beaucoup plus élaboré que nous ne le pensons et ne sert pas seulement à respirer cet air ambiant. Il comprend les poumons, la peau et toutes les cellules du corps. Il existe en effet deux niveaux respiratoires distincts, la respiration dite « externe » et la respiration dite « interne ». La respiration externe est, entre autres, celle que nous connaissons, c’est-à-dire la ventilation pulmonaire. Mais il existe aussi une autre ventilation externe dite « cutanée ». Notre peau joue un grand rôle dans notre respiration. Cette respiration « externe » est celle des échanges gazeux articulés autour de l’oxygène et du gaz carbonique dans l’appareil respiratoire. La respiration « interne » est une respiration qui s’effectue au niveau cellulaire, où les échanges intracellulaires se font directement. Les cellules procèdent elles-mêmes à certains échanges gazeux qui ne sont pas dus à l’apport classique fait par le sang. Le même processus existe au niveau énergétique.

Organe rattaché au système respiratoire, la peau joue aussi un rôle de protection du corps face au monde extérieur. Enveloppe souple mais efficace elle protège celui-ci de la plupart des agressions, qu’elles soient dues à des agents actifs (microbes, virus, insectes, etc.) ou à des agents passifs (poussières, température, pluies, etc.). Capteur essentiel, elle joue un rôle prépondérant dans la gestion protectrice des stimuli et sollicitations externes et dans la cicatrisation des blessures.

Le système respiratoire appartient au Principe du Métal dont l’une des fonctions principales est la protection par rapport au monde extérieur. Cette protection s’exerce à deux titres, par la filtration des poussières et les échanges gazeux (rejet du gaz carbonique) ainsi que par la capacité à répondre, à réagir aux « agressions » environnementales. Une autre de ses fonctions essentielles est celle de la cicatrisation, de la fermeture des plaies.

Les problèmes du système respiratoire nous parlent par conséquent, soit de notre difficulté à accueillir la vie en nous (respiration), par peur, manque d’ambition ou d’envergure, interdits familiaux, etc., soit de notre difficulté à nous défendre, nous protéger face au monde extérieur, à trouver des réactions adaptées face aux agressions éventuelles, réelles ou imaginaires. L’énergie du poumon est en effet celle qui a la charge du système immunitaire « instinctif » (macrophages, lymphocytes T).

Ils peuvent enfin signifier que nous n’arrivons pas ou ne voulons pas refermer certaines plaies de notre vie et nous parlent ainsi de nos éventuelles tristesses, rancunes et rancœurs, de notre difficulté ou refus d’oublier, de pardonner, voire de notre désir de régler des comptes ou pire encore, de souhait de vengeance.

Publicités