L’épaule

L’épaule est, pour le bras, l’équivalent de la hanche pour la jambe. C’est l’articulation basique, le point d’ancrage, l’axe premier du bras. Elle représente les axes conceptuels profonds de notre capacité et de notre volonté d’action et de maîtrise. Nos épaules portent la trame inconsciente de notre rapport à cette action et à cette volonté de maîtrise sur le monde. La capacité à agir, la « volonté volontaire », les préjugés, les intentions appartiennent à la symbolique de l’épaule. Tout ce qui touche à nos désirs profonds d’agir sur quelque chose ou quelqu’un aura donc une relation somatique directe avec celle-ci. Comme la hanche, l’épaule est la « porte de l’intégration », la « porte du Non-Conscient », mais ici dans le rapport à l’action, alors que pour la hanche il s’agit du rapport à la relation. C’est à ce niveau que les désirs et volontés d’agir, émergent, sortent, pour s’exprimer dans le réel.

Cette image de « porte » est ici amusante car l’os qui relie la pointe de l’épaule à la poitrine (sternum) s’appelle la « clavicule », ce qui signifie « petite clé » en latin. Or, le point d’attache de la clavicule au sternum se situe juste sous le Chakra de la gorge, qui est celui de l’expression de soi. Cette remarque prend encore plus d’intérêt lorsque l’on réfléchit au fait que le seul moyen d’expression de l’homme dans son incarnation est justement le faire, l’action, dont les épaules sont la « porte ».

Les tensions que nous ressentons dans les épaules (pointe de l’épaule, trapèzes, clavicules, omoplates, etc.) vont nous parler de notre difficulté à agir. Elles signifient que nous rencontrons ou ressentons des freins à nos désirs d’actions, notamment en terme de moyens. C’est-à-dire que nous nous sentons « empêchés », non pas par manque de capacité mais par manque d’assistance ou par opposition extérieures. Nous pensons que le monde extérieur (ou notre propre censure) nous empêche, ne nous permet pas, ne nous donne pas les moyens ou bien ne nous autorise pas à agir. Les énergies ne peuvent donc pas passer dans les bras et se bloquent dans nos épaules. Ce ne sont pas tous les « cérébraux », qui pensent beaucoup et agissent peu, qui me contrediront car ils ont pour la plupart les trapèzes très tendus, voire douloureux.

S’il s’agit de l’épaule gauche, la tension est en relation avec la symbolique Yang (paternelle) et s’il s’agit de l’épaule droite, elle est en relation avec la dynamique Yin (maternelle).

Publicités