Le pied

pieds-nusIl s’agit de notre point d’appui sur le sol, la partie sur laquelle tout notre corps repose et se repose pour les déplacements, les mouvements. C’est lui qui nous permet de « pousser » vers l’avant et par conséquent d’avancer, mais aussi de bloquer nos appuis et par conséquent de camper sur nos positions. Le pied représente donc le monde des positions, l’extrémité manifestée de notre relation au monde extérieur. Il symbolise nos attitudes, nos positions affirmées et reconnues, le rôle officiel que nous jouons. Ne met-on pas le pied dans la porte pour la bloquer. Il représente nos critères de vie, voire nos idéaux. Il s’agit de la clef symbolique de nos appuis « relationnels », ce qui explique l’importance du rite de lavage des pieds dans toutes les traditions. Cela purifiait notre relation au monde, voire au « divin ». C’est enfin un symbole de liberté, car il permet le mouvement. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si l’on bandait les pieds des petites filles en Chine. Sous couvert d’une signification érotique et esthétique, cela permettait en fait d’enfermer, d’emprisonner la femme dans un mode relationnel de dépendance face à l’homme, en limitant son potentiel de mobilité. Le même phénomène existe d’ailleurs dans nos sociétés occidentales où les femmes « devaient » porter des talons « aiguille » pour correspondre à un certain schéma. Comme par hasard, on a pu constater que, au fur et à mesure de la « libération » de la femme, la hauteur des talons de ses chaussures diminuait. Aujourd’hui, de plus en plus de femmes ne portent plus que des chaussures à talons plats.

Les maux que nous avons aux pieds expriment, par conséquent, les tensions que nous ressentons par rapport à nos positions face au monde. Ils signifient que nos attitudes habituelles, que les positions que nous prenons ou que nous avons, manquent de fiabilité, de stabilité ou de sécurité. Ne dit-on pas d’ailleurs de quelqu’un qui n’est pas tranquille, qui a peur ou qui n’ose pas affirmer ses opinions ou ses positions, qu’il « est dans ses petits souliers », ou plus trivialement de quelqu’un qui se retient ou qui est mal dans ses positions du moment, qu’il « se sent à l’étroit dans ses pompes ». Ne dit-on pas enfin de quelqu’un qui ne sait quelle attitude prendre par rapport à une situation (relationnelle) qu’il « ne sait sur quel pied danser » ?

Lorsque la tension se manifeste dans le pied droit, elle est en relation avec le Yin (mère) et lorsqu’elle a lieu dans le pied gauche, elle est en relation avec le Yang (père).

Publicités