Scoliose

Cette déformation de la colonne vertébrale, qui peut prendre des formes graves, a des caractéristiques très particulières. Elle touche les enfants pendant leur croissance et s’arrête toujours après la puberté. La phase de croissance d’un enfant, c’est quand il grandit, c’est-à-dire quand il se dirige vers le monde adulte (du moins dans la forme) en quittant celui de l’enfance. Sa croissance physique se fait notamment par celle de sa colonne vertébrale qui se développe entre deux axes bien définis qui sont le bassin et les épaules.

Le phénomène de la scoliose est celui d’une colonne qui grandit entre ces deux pôles alors que ceux-ci restent à une égale distance l’un de l’autre, le repère « haut » restant à la même distance du sol. Que représentent-ils pour l’enfant et que signifie cette croissance qui ne se voit pas à l’extérieur ? Les épaules qui sont l’axe Yang du corps et celui de l’action (voir les épaules et les bras) sont la représentation du père alors que les hanches, qui sont l’axe Yin du corps et celui de la relation (voir hanches), sont la représentation de la mère. Ce sont les deux repères spatiaux inconscients que l’enfant a de sa « place » et de celle de ses « parents », réels ou symboliques (enseignants, surveillants, etc.). Si le monde des adultes ne satisfait pas l’enfant, son désir de faire bouger ses propres repères pour rejoindre les leurs va disparaître et l’enfant va refuser ce monde peu attirant. Il va alors choisir inconsciemment de rester dans celui de l’enfance qui le satisfait mieux. Il va figer les repères extérieurs de sa croissance, ceux qu’il « voit » et peut mesurer. Les lignes des épaules et du bassin vont donc rester à la même hauteur, avec le même différentiel. Cependant, la colonne vertébrale, qui représente l’axe, le référentiel intérieur, en pâtit. Comme elle continue à grandir, elle est « obligée » de s’inscrire entre ces deux points fixes, ce qu’elle ne peut faire qu’en se tordant. Lorsque la crise est « grave » et dans un temps court, on dit alors que la scoliose « flambe ».

La seconde caractéristique de la scoliose est qu’elle s’arrête toujours à la fin de la puberté. Or, la puberté représente la période où l’enfant étalonne ses affects par rapport au monde extérieur, où il vérifie sa capacité à trouver sa place, à se faire aimer et reconnaître par ce monde extérieur. Lorsqu’il a trouvé cette place, il n’a plus besoin de figer ses repères et peut les laisser à nouveau bouger.