Fracture

Donner un sens à une fracture est évident. Le traumatisme dit en effet par lui-même qu’il s’agit d’une cassure. Cette cassure se produit sur ce qui est structurel et dur dans notre corps, à savoir le squelette, les os. Les fractures sont donc des atteintes à nos structures profondes qui cassent pour libérer et exprimer la tension rencontrée sur le chemin. Il devient alors important de s’interroger sur ce qui est soumis à de fortes tensions dans notre vie, sur ce qui résiste et risque de casser par manque de souplesse. Quelles sont nos habitudes de pensée, nos croyances profondes et structurelles qui sont perturbées par le vécu du moment ? À quel changement de comportement, de croyance ou de direction sommes-nous en train de résister ? La fable du chêne et du roseau peut nous aider à réfléchir à cela.

Le lieu de la fracture vient affiner le sens global et nous permettre de préciser dans quel domaine de notre vie la tension existe. Est-ce dans nos relations aux autres ou au monde (jambes), dans nos actes, dans nos façons d’agir ou de subir l’action des autres (bras) ? Ai-je des difficultés relationnelles avec une femme ou une entreprise, vis-à-vis de qui je ne sais plus sur quel pied danser ou à qui j’oppose une résistance à avancer, aller plus loin qu’actuellement, par exemple (s’il s’agit des jambes et plus précisément de la cheville droite). Il sera bon de se reporter par conséquent aux pages qui concernent chacune des parties du corps ayant subi la fracture pour affiner son sens.

Publicités