Système nerveux autonome

Le système nerveux autonome ou système neurovégétatif quant à lui, a la charge de toute l’activité non-consciente de l’individu. Les fonctions organiques (circulation sanguine, digestion, respiration, etc.) mais aussi psychologiques, émotives et de défense (chair de poule, vomissement, rougeur au visage, instinct de fuite ou d’agressivité, etc.) dépendent de lui. Alors que le système nerveux central est en relation avec les muscles striés, il commande, quant à lui, les muscles lisses. Il comprend le système parasympathique et le système sympathique. Le système parasympathique a la charge de tout ce qui touche à l’activité de routine de l’organisme, comme les fonctions organiques alors que le système sympathique a la charge des activités d’excitation, de défense et d’urgence comme l’agressivité, la fuite. Le fonctionnement du système neurovégétatif est interagi par l’hormone du stress, le Cortisol, produite par l’hypothalamus.

Les déséquilibres du système neurovégétatif expriment notre difficulté à relier en nous le conscient et le non-conscient. Ils nous disent que notre non-conscient a de la difficulté à gérer les sollicitations qui viennent du monde extérieur et notamment les émotions. Il se passe alors un phénomène de saturation du système central conscient qui ne peut plus diriger notre activité physique car le système neurovégétatif prend les commandes. Il nous « oblige » à faire ou ne pas pouvoir faire un certain nombre de gestes, d’actes ou nous empêche d’avoir accès à certains niveaux de conscience ou de mémoire. Toutes les manifestations de la « fameuse » spasmophilie comme les tremblements, tics dits « nerveux », nausées, migraines, crampes, crises de tétanie sont les expressions de cette difficulté intérieure à maîtriser et à répondre correctement aux sollicitations du monde extérieur.

Souvenons-nous enfin que c’est sur le système nerveux neurovégétatif que le Maître Intérieur s’appuie pour nous envoyer des messages (ainsi que sur le système endocrinien qui lui est associé). C’est pour cette raison que ce système nerveux là n’est physiquement jamais malade !