Impuissance

À travers la frigidité, l’impuissance ou les troubles de l’érection ou de l’orgasme qui « empêchent » la sexualité, nous exprimons notre difficulté à vivre les plaisirs de la vie et en particulier de l’activité, qu’elle soit professionnelle, sociale ou familiale. Nous ne nous permettons pas d’éprouver du plaisir, de la satisfaction, voire de la jouissance, dans l’exercice de notre pouvoir personnel sur les choses ou les autres. Tout cela nous semble trop sérieux ou bien coupable et nous ne savons plus, comme l’enfant, éprouver la joie simple d’avoir fait quelque chose qui « marche » et dont nous sommes fiers. Nous croyons que ce pouvoir est honteux, négatif ou vain, alors qu’il peut être créatif et fécond. En effet, ce qui lui donne sa coloration positive ou négative, c’est l’usage que nous en faisons et les intentions que nous y mettons, de la même manière que le pouvoir que donnent l’amour et la sexualité peut créer ou détruire, libérer ou aliéner, animer ou éteindre l’autre et soi-même.

Culpabilité, peur de ne pas être à la hauteur, malaise par rapport au plaisir qui peut sembler futile quand « on est quelqu’un de responsable », difficultés à relâcher en général, produisent avec beaucoup d’efficacité, l’inefficacité de la sexualité.

Publicités