Problèmes veineux

Le système veineux est celui qui est représenté en bleu sur les planches d’anatomie de notre enfance. C’est lui qui véhicule le sang « usé » vers le foie et les reins pour filtrage et vers les poumons pour évacuer le gaz carbonique et se recharger en oxygène. Il s’agit de la partie Yin du système circulatoire, celle qui reçoit et conserve. Par ses alvéoles et sa capacité de dilatation, le système veineux a une action « passive » (Yin) dans la circulation.

Les problèmes veineux

Les problèmes veineux expriment notre difficulté à accepter ou à recevoir la vie, la joie de vivre, l’amour et à leur laisser une place en nous. Nous avons de la peine à empêcher les émotions de stagner en nous. Le vécu est ressenti comme morne, sans passion et sans joie. Nous avons la sensation de ne pas savoir, d’être impuissant à faire vivre en nous ou en rapport avec les autres, nos envies ou désirs de bonheur. Nos émotions stagnent alors en nous, laissant se développer parfois un sentiment d’abattement ou d’impuissance.

Congestion ou stase veineuse / Hémorroïdes / Insuffisance veineuse / Stase veineuse / Phlébite / Thrombose / Ulcère variqueux / Varices

Les manifestations de fragilité du système veineux sont nombreuses. Elles sont toutes associées au sens global évoqué plus haut, les hémorroïdes, phlébites, thromboses, ou varices étant des manifestations spécifiques d’une insuffisance veineuse, d’une stase veineuse. Leur forme particulière ainsi que leur localisation affine simplement le sens premier.

Une varice est une dilatation permanente d’une veine. Cette dilatation fait que le sang stagne, circule mal et produit une stase veineuse. C’est le retour du sang qui se fait mal et qui produit un « alourdissement » de la partie du corps concernée. Il y a fatigue. Cette stagnation fait baisser le niveau de vitalité. Nous sommes dans le Yin, le « passif ». La structure des veines manque de tonicité, du fait du manque de tonicité de la personne elle-même, ou du fait d’une fatigue accumulée. Cette stase veineuse peut aller jusqu’à produire une phlébite ou thrombose, c’est-à-dire une obturation de la veine par un caillot de sang qui peut étouffer toute la partie du corps touchée.

Les phlébites ou thromboses expriment notre sentiment de subir, d’être obligés d’accepter des choses qui nous « empêchent » d’être vraiment heureux. Nous sommes victimes et sans espoir que cela change. Nous sommes encore capable de faire et d’agir (système artériel), mais sans illusions, sans attente de retour. Nous sommes clairement en présence d’une personne chez qui le « retour » de la vie se fait tellement mal (désabusée) qu’elle se fige (caillot) dans les plans fragiles (jambes = relations par exemple).

Les hémorroïdes sont des varices situées dans la zone anale. Leur particularité réside dans le fait que la stase et la dilatation de la paroi sont dues à une contraction inconsciente excessive de la zone anale. En clair, la personne « serre trop les fesses ». Il y a là des insécurités non conscientes, des peurs de perdre ou de ne pas avoir assez, alors « on retient ». En effet, les hémorroïdes sont fréquemment associées à de la constipation. Il s’agit sans doute d’une personne peu confiante dans la vie ou ayant des incertitudes par rapport à l’avenir. Ces incertitudes ou ce manque de confiance sont d’ordre matériel car le gros intestin a la charge de l’évacuation des matières organiques. On ne prend pas de risque, on assure au maximum tout ce qui peut l’être. Il est clair qu’un relâchement de la personne ne pourrait que lui être bénéfique.

 

Publicités