Hyperthyroïdie

Sur l’avant de la gorge dans le creux laryngé se trouve une glande fondamentale qui s’appelle « la thyroïde ». Il s’agit de la glande endocrine « principale », dont dépend l’équilibre de la croissance et de tout le métabolisme humain dont le développement harmonieux de notre corps physique (croissance, poids).

Sa localisation dans la gorge n’est pas anodine. En énergétique la gorge est en effet le siège du Chakra dit « de la gorge ». Ce centre énergétique est celui de l’expression de soi, de la façon dont nous nous positionnons par rapport au monde extérieur. Il représente notre capacité à reconnaître et exprimer ce que nous sommes et à recevoir ce qui peut nous enrichir, nous nourrir, nous faire grandir. C’est enfin le siège de notre potentiel d’expression par la créativité. Par cette créativité et cette capacité à s’exprimer, la thyroïde participe fondamentalement à la conscience de soi.

L’hyperthyroïdie (Yang) ou l’hypothyroïdie (Yin) par conséquent, sont souvent les signes d’une impossibilité à dire ou faire ce que l’on voudrait. Personne ne peut nous comprendre, nous n’avons pas les moyens de faire « passer » ce que nous croyons, nous avons peur de la non-acceptation par l’autre de ce que nous voudrions dire, nous avons peur de la force ou de la violence de ce qui pourrait s’exprimer. Il y a toujours derrière cette retenue une notion de risque, de danger, qui nous fait arrêter, retenir l’expression.

La forme Yang (hyperthyroïdie) manifeste un désir malgré tout de revanche. L’individu est dans l’activisme incessant. Le feu intérieur le consume et la lutte est permanente. Physiquement d’ailleurs, les hyperthyroïdiens semblent dévorés par ce feu intérieur. Mais ce feu et cette lutte consument sans produire, car la seule production est réactive et défensive mais non productive.

La forme Yin (hypothyroïdie) exprime en revanche un abandon face à l’impossibilité à s’exprimer. La flamme s’éteint en nous. L’hypothyroïdien peut se résumer dans « à quoi bon». La dynamique vitale, à l’excès chez l’hyperthyroïdien, est ici en insuffisance. Le corps ne brûle plus et, par conséquent, stocke. Son volume augmente, comme pour compenser l’expression insuffisante. Des nodules fréquents viennent marquer les émotions, désirs, envies ou frustrations rentrées, leur latéralisation donnant plus d’indications sur leur sens caché.

Publicités